Hommage aux morts du 6 février

Posté le 7 février 2016

Comme chaque année depuis la fondation de notre mouvement, les militants du RF Paris ont rendu hommage aux 22 patriotes morts en février 1934, victimes de la répression d’un Régime aux abois.

Au matin de ce samedi 6 février 2016, un groupe de militants a donc tenu une cérémonie sur la place de la Concorde elle-même, où le sang pur des patriotes a coulé : dépôt de gerbe, appel des morts, discours (rappelant l’utilité de ce genre de commémoration et leur intérêt pour le présent)…

Un repas convivial s’en est suivi.

 

Par la langue aussi, ils nivellent par le bas !

Posté le 5 février 2016

communiquesCommuniqué concernant la réforme de l’orthographe

Le ministre de l’« Éducation Nationale », infatigable quand il s’agit de progressisme, a décidé de procéder à une réforme de l’orthographe.

On nous objectera que ces modifications concernant quelque 2400 mots sont sans importance, qu’un « cout » vaut bien un « coût » et qu’un oignon sans « i » fera toujours pleurer dans les chaumières. Et, nous assène-t-on, cette riche idée avait été validée à l’unanimité par l’Académie française en 1990 et n’attendait que sa mise à exécution.
Sauf qu’une fois de plus, c’est la langue française dans sa richesse et sa complexité qui passe devant le peloton.
Les Français ne savent plus écrire ni parler ? Changeons les règles et nos enfants auront de meilleures notes !

Loin de nous, nationalistes, l’idée de refuser par principe toute évolution de la langue ; mais les motifs qui sont derrière ces simplifications sont trop évidents pour que nous acceptions ces-dernières sans broncher. Oui, nous aimons l’accent circonflexe qu’a connu un Louis XIII, nous tenons à l’accord traditionnel du participe passé, fût-il suivi d’un verbe à l’infinitif !

Ces nuances et ces particularités de notre langue font son charme et alimentent l’attachement particulier qu’un Français éprouve pour elle au fur et à mesure qu’il en maîtrise les contours.
Notre (franc-) parler fait partie de notre héritage et nous refusons ces aménagements artificiels qui n’ont pour but que d’adapter la langue à la médiocrité dont est par ailleurs responsable le système scolaire à l’origine de ces réformes.

Plutôt que des simplifications « orthographiquement correctes », nous attendons d’un État réellement français qu’il instruise efficacement comme ce fut le cas jadis, et qu’il sensibilise les enfants à la beauté et à l’amour de leur culture, même s’il faut pour cela s’arracher quelques cheveux sur les bancs de l’école.
À vos plumes, et résistons !

Le Conseil politique du RF

Désormais une boutique en ligne et la possibilité d’adhérer en ligne !

Posté le 31 janvier 2016

logo-courriels
En vous rendant sur boutique.renouveau-francais.com vous découvrirez notre boutique en ligne, qui vous permettra d’acheter en quelques clics, avec un règlement sécurisé, du matériel militant varié, notamment nos autocollants à petits prix.

Les autocollants sont, parfois plus qu’on ne le croit, un moyen efficace de diffusion des idées et de marquage du territoire.

Par ailleurs, avec cette boutique vous avez la possibilité d’adhérer en ligne au Renouveau français, pour l’année en cours. Ainsi vous manifesterez votre soutien à notre combat, établirez un lien entre le mouvement et vous ; vous recevrez votre carte d’adhérent et votre insigne, ainsi que de la documentation et des nouvelles du mouvement régulièrement.
C’est rapide et facile.
Mais si vous souhaitez bénéficier de la déduction de votre impôt sur le revenu des 66% de votre cotisation, il faut en revanche toujours passer par la voie postale.

Notez que les adhérents ont droit à 20% de remise sur tous les objets en vente à la boutique !

Posté le 26 janvier 2016

Vidéo : les véritables vœux du gouvernement socialiste aux Français

Posté le 25 janvier 2016

Découvrez en deux minutes quels sont les véritables vœux de notre président pour la nouvelle année.
A partager auprès de tous les Français !

21 janvier : anniversaire du régicide

Posté le 21 janvier 2016

Le 21 janvier 1793, la racaille révolutionnaire, ivre de haine et de rage, assassinait le roi de France, Louis XVI, âgé de 38 ans.
Cet acte sauvage recelait une grande force symbolique : en décapitant celui qui était le père de la nation organique et le sommet de l’Etat monarchique, c’était l’ordre ancien qui était abolit, en profondeur, au profit d’une contre-civilisation qui allait s’instaurer progressivement et inexorablement et dont nous connaissons aujourd’hui une certaine étape.

Pour l’anecdote, et contrairement à ce que laissait espérer l’innovation technique que constituait la guillotine, l’exécution du roi martyr fut particulièrement horrible.
Revenons donc à ce triste épisode, au cœur des heures les plus sombres de notre histoire.

Craignant un ultime rebondissement si le roi faisait un discours devant la foule, le commandant de la garde nationale donna l’ordre de faire jouer tous les tambours au pied de l’échafaud, qui était d’ailleurs fortement protégé.
Sur la dernière marche cependant, le roi fit un signe impérieux aux tambours qui, surpris, cessèrent de battre, et cria d’une voix tonnante : « je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. Et vous, peuple infortuné… »
Déjà, des ordres étaient donnés et les tambours reprenaient.
Un journaliste de l’époque écrivit : « est-ce bien le même homme que je vois bousculé par quatre valets de bourreau, déshabillé de force, dont le tambour étouffe la voix, garrotté à une planche, se débattant encore, et recevant si mal le coup de la guillotine qu’il n’eut pas le col mais l’occiput et la mâchoire horriblement coupés ? »

D’après certains témoignages, il fallut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête, tandis que d’autres affirment que le bourreau dut appuyer de tout son poids sur la lame qui avait à peine entamé le crâne – au lieu du cou – afin de détacher la tête…
Le prêtre présent raconta qu’ensuite « le plus jeune des gardes, qui semblait avoir dix-huit ans, saisit immédiatement la tête, et la montra à la populace en faisant le tour de l’échafaud ; il accompagna cette monstrueuse cérémonie des gestes les plus atroces et les plus indécents ».
Certains spectateurs se barbouillèrent le visage du sang du malheureux.

On notera avec inquiétude que l’idéologie républicaine, contre-nature et forgée dans le sang de très nombreux Français, connaît aujourd’hui un regain de popularité dans la « mouvance nationale », même si le Renouveau français y ferraille inlassablement contre la doctrine mortifère issue des Loges.

Ci-dessous, le beau testament de Louis XVI, rédigé le 25 décembre 1792, envoyé à la Commune de Paris le 21 janvier 1793.

Thibaut de Chassey
Lire la suite

Articles plus anciens »
  • Site d’information quotidien recommandé :

  • LETTRE D’INFORMATION

    Veuillez saisir ici votre adresse courriel pour recevoir nos informations les plus importantes :
     

  • Citation au hasard :

    • « Je crains l’homme d’un seul livre. » St Thomas d’Aquin
  • Liens

  • Sites d'information